jeudi 17 mai 2018

Kadir Ozkonakci

Portrait de l'échevin le plus discret du collège : Kadir Ozkonakci (PS)
Mandats
Nous avons envoyé un email à l'échevin pour avoir les rapports d'activités des départements à sa charge mais il n'a pas répondu. On se demandait ce qu'il a réalisé à ce jour après 6 ans d'échevinat. La composition de son cabinet ? Pas de réponse. Aucune transparence. Avant de devenir échevin en 2012, il était conseiller communal entre 2006-2012 et touchait environ 6 mandats rémunérés. Voir la fiche Cumuleo.

Compétences
Il est l'échevin des Classes moyennes, de la Santé et des Sports. Surnommé à ces titres "Échevin des Cafés" et "Echevin des Tournois de football". On vous laisse deviner pourquoi.

Discret
Très discret, on ne parle jamais de lui dans les média francophones. Plusieurs articles dans des sites turcs à propos des festivals de sports et les chèques sports. Il n'y a eu qu'un seul article à son sujet, voir plus bas, à propos d'un problème avec l'ONEM. Cet échevin se contente de se promener dans Saint-Josse et liker les publications du bourgmestre sur Facebook.

Muet
S'exprimant dans un français très rudimentaire (comme ici lors d'une visite d'une mosquée avec Meulemans et Boiketé), Kadir Ozkonakci n'est pas à l'aise quand il faut parler en public. Il se contente de répéter continuellement son texte appris par cœur à propos de ces fameux chèques Sports : sa seule réalisation en 6 ans. Lorsqu'au cc1210 il doit répondre à une question, c'est laborieux. Comme on peut le voir sur cette photo, le bourgmestre semble regretter d'avoir cédé le micro lors d'une rencontre avec des commerçants.
Anecdote : un jour, dans un café, en voyant l'échevin passer, un habitant se demandait s'il est normal d'avoir un échevin analphabète, un autre lui a alors répondu : oui c'est normal, il est représentatif d'une tranche importante de la population de Saint-Josse.

Remplaçable
Étant le moins utile, le moins méchant, c'est aussi celui que de nombreux candidats concurrents souhaitent remplacer. Impossible qu'il fasse un pas de côté et renonce à son salaire d'échevin pour retourner au chômage car, contrairement à d'autres échevins, il n'a pas de sortie de secours. L'échevin Ozkonakci est une sorte d'homme de paille pour le bourgmestre. Il le laisse organiser des petits tournois de football et serrer les mains dans les terrasses pendant que son cabinet s'occupe des tâches scabinales.

Impopularité
Bien que plusieurs personnes le reconnaissent, il n'est pas néanmoins apprécié par la majorité qui le voient comme une personne incompétente et lâche (suiveur). Le bourgmestre a le contrôle sur ses compétences. C'est la raison pour laquelle certains l'ont affublé du surnom de "Échevin Costume" car il ne porte que le costume d'échevin.

Fraude à l'ONEM
http://www.sudinfo.be/archive/recup/821328/article/regions/bruxelles/actualite/2013-09-27/saint-josse-l-echevin-oezkonakci-condamne-par-l-onem-pour-fraude-au-chomag

Un seul article est paru dans la presse à son sujet. Une histoire de fraude à l'ONEM concernant les personnes à charge, la composition de ménage et les revenus du chômage. Aux communales 2012 lorsque je l'avais croisé pendant que d'autres le félicitaient pour son score j'en avais profité pour lui demander ce qu'il faisait dans la vie. J'avais lu quelque part une histoire de gérant dans l'horeca. Je pensais qu'il devait être le gérant d'un snack ou restaurant connu dans la Petite Anatolie. Il m'avait alors demandé agressivement pourquoi je posais cette question. Je n'ai jamais eu de réponse.

Résultats Élections
2006 : 363 voix (élu)
2012 : 476 voix (élu)

Copie des articles

Un échevin rembourse l’Onem (Publié le 28/09/2013)

Le nouvel échevin des Sports de la commune de Saint-Josse en région bruxelloise, Kadir Özkonakci (PS), a été en 2006 accusé par l’Onem d’avoir fraudé sur ses allocations chômage.

Au chômage et séparé de son épouse, l’élu socialiste avait déclaré à l’Onem qu’il avait ses enfants à charge. Ce qui par la force des choses avait augmenté ses revenus provenant du chômage. Mais dans le même temps, son épouse qui travaille avait affirmé dans sa composition de ménage que c’était elle qui avait la charge de leurs enfants. Et pour couronner le tout, le couple continuait à vivre dans la maison familiale à Saint-Josse, chacun ayant son étage. Une pratique totalement illégale qui a duré plusieurs années et qui oblige aujourd’hui l’échevin tennoodois à apurer ses dettes auprès de l’Onem.

Interrogé sur le sujet, Kadir Özkonakci assure qu’il n’a commis aucune fraude. «Je n’ai jamais fraudé le chômage et l’Onem. C’est seulement une erreur», rétorque le socialiste. Depuis lors, il doit rembourser 175 euros par mois l’Office national de l’emploi.

 «Il s’agit d’une erreur, vraiment pas d’une fraude», réfute d’emblée l’échevin quelque peu mal à l'aise. Élu conseiller communal à Saint-Josse en 2006 avec 363 voix de préférence, Kadir Özkonakci ne mentionne pas à l’époque sa situation délicate avec l’Onem pour pouvoir se présenter sur la liste socialiste emmenée par l’ancien bourgmestre Jean Demannez. Un passé qu’il n’étale pas, mais se sait malgré tout très vite dans la commune.

Accusé de fraude et obligé de rembourser ses dettes à l’Onem, l’échevin Özkonakci se défend aujourd’hui d’avoir fraudé délibérément les allocations de chômage. «Je n’ai absolument pas fraudé le chômage. J’ai été convoqué par l’Onem afin que j’explique ma situation familiale, à savoir que j’étais séparé de ma femme et que nous avions une garde alternée des enfants. Il y a une décision de justice du tribunal de première instance de Bruxelles en ce sens. Mais comme nous avons continué à vivre dans la même maison, l’Onem a considéré que je ne pouvais pas garder cet argent», assure l’échevin tennoodois des Sports, des Classes Moyennes et de la Santé qui est nommé à ce poste après les élections d’octobre 2012, où il a obtenu 476 votes en sa faveur. «Avec l’Onem, nous avons trouvé un accord sur un plan d’apurement pour que je rembourse et je redonne tous les mois 175 euros. Mais maintenant je suis en ordre avec l’Onem et la situation s’est arrangée avec mon épouse», conclut l’élu socialiste.

Özkonakci: l’échevin fraudait le chômage (Publié le 28/09/2013)
  
Kadir Özkonakci (PS) a été nommé échevin des Sports de la Classes Moyennes et de la Santé après les élections d’octobre 2012. Mais, l’élu tennoodois a connu quelques déboires avec l’Onem qui a en 2006 a découvert qu’il avait indûment touché pendant plusieurs années un chômage trop élevé. Le socialiste rembourse depuis tous les mois 175 euros à l’Onem. L’échevin réfute le terme de fraude et préfère parler d’erreur.

Dans les cafés turcs de Saint-Josse, l’échevin des Classes Moyennes, de la Santé et des Sports, Kadir Özkonakci (PS) n’est pas l’élu tennoodois le plus apprécié. Quand il est aperçu rue du Méridien ou chaussée de Haecht en train déambuler, ses concitoyens n’hésitent pas à lâcher quelques commentaires désobligeants. Incompétent, suiveur, sans avis politique et surtout fraudeur, voici quelques-uns des termes que les habitants du quartier turc de Bruxelles utilisent pour décrire le nouvel échevin. Sans parler de l’opinion de certains élus locaux qui se demandent encore comment il a pu obtenir un poste à responsabilité dans la commune. Parce qu’à 50 ans, Kadir Özkonakci a quelques casseroles à son actif.

On a appris qu’en 2006, année où il devient pour la première fois conseiller communal à Saint-Josse, et alors qu’il est au chômage, l’Onem le poursuit pour avoir indûment touché des allocations trop importantes. D’après nos informations et comme il nous l’a expliqué (lire ci-après), à cette époque Kadir Özkonakci connaît une situation matrimoniale compliquée. Il est séparé de son épouse, mais continue à habiter dans la même maison que sa femme rue Potagère à Saint-Josse. Il s’installe simplement un étage au-dessus, mais en réalité il continue à partager les frais communs avec la femme.

Inscrit au chômage, Kadir Özkonakci affirme alors à l’Onem avoir la charge de ses enfants, une simple déclaration sur l’honneur suffisant. Dans le même temps, son épouse qui elle travaille, déclare dans sa composition de ménage que leurs enfants sont sous sa responsabilité à elle. Un élément qui dès lors lui donne droit à une rétribution plus élevée de l’Onem, mais qui s’avère totalement illégal. Et cette situation va perdurer pendant plusieurs années.

Jusqu’à ce que l’Office national de l’emploi, se rendant de compte de la supercherie administrative, le poursuive pour fraude aux allocations de chômage. Depuis lors, celui qui entre-temps a été nommé échevin par Emir Kir (PS), nouveau bourgmestre Saint-Josse, est obligé de rembourser ses dettes auprès de l’Office. Aujourd’hui, il continue à reverser 175 euros tous les mois à l’Onem pour apurer son ardoise.

David Baudoux

Au Mirano, photos publiées sur la page du bourgmestre Emir Kir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire