mercredi 29 octobre 2014

Conseil communal 27/10 : compte-rendu

Ouverture de séance : 19:28

Présence de deux gardiens de la paix, comme lors du précédent conseil communal. Rien à signaler. Présence de la bande à Azzouzi comme à chaque conseil : pour intimider les gens venus assister au conseil ? Pour protéger leur cher échevin ? De quoi ? Présence du Collectif Mobilisation Groupe 2009. Après le blabla sur les règlements de taxe (flats meublés, bâtiments abandonnés, taxe pour les étudiants sur les secondes résidences, bingo, etc.) vint le moment des interpellations :

1. Interpellation du conseiller communal Groen, Frédéric Roekens
Saint-Josse : la bonne gouvernance promise par le Collège en "pause syndicale" ?
Sint-Joost : Het beloofde goed bestuur in syndicale pauze ?

2. Interpellation de la conseillère communale Ecolo, Pauline Warnotte
Jumelage de Saint-Josse avec la ville turque d’Eskisehir : Heureux qui comme Ulysse ?

3. Question orale d'actualité sur l'interpellation citoyenne rejetée du Collectif Mobilisation Groupe 2009








Réponse:
Emir Kir a expliqué qu'il y avait une AG syndicale régulière dans laquelle il n'y avait pas
d'ingérence et qu'il n'était pas au courant de leurs revendications. Cependant pas d'organigramme complet reçu par Ecolo. La difficulté selon le bourgmestre vient du nombre très élevé de chefs de service (18), difficile à gérer. L'autre problème qui a rendu les choses difficiles est la tentative d'acquisition d'un nouvel immeuble pour y transférer l'administration communale qui dût être avortée/reportée, il n'y aura pas d'achat de nouvel immeuble donc. Il attend les conclusions du bureau d'études à ce sujet (ndlr : encore un bureau d'études ! Incroyable que le bourgmestre ait besoin de l'intervention d'un bureau pour lui expliquer comment faire un organigramme et gérer son administration...) pour les présenter au Collège le 1er trimestre 2015. Concernant les mutations/promotions, il a expliqué que cela était dû à des situations d'urgence. Concernant le refus de répondre à leurs doléances c'est parce que les syndicats avaient exigé de lui qu'il réponde dans les deux semaines et il a refusé estimant qu'il y avait des règles/procédures à respecter. Le bourgmestre a, comme à son habitude, évité de répondre aux questions sensibles. Frédéric Roekens lui a rappelé que les mots des syndicats étaient très durs concernant l'ambiance actuelle au sein de l'administration et qu'il devrait rencontrer au plus vite les associations syndicales car des actions sont annoncées. Le bourgmestre a refusé d'entrer dans le débat et n'a pas réagi. Concernant la remarque sur les échevins qui s'immiscent dans les affaires du personnel, ou qui se promènent dans les écoles, le bourgmestre a nié les faits, a rappelé qu'ils devaient passer par le secrétaire communal. Il a félicité ses échevins et les a encouragés à continuer ainsi.




Réponse:
Emir Kir a reproché qu'en 2013 on avait pas pris le temps d'analyser l'article dans la presse
qui parlait d'un jumelage avec Eskisehir, soit bien avant le protocole. Cet article a en réalité
été analysé : il aurait été plus correct d'en parler au conseil avant d'annoncer lors de vacances privées (semble-t-il) l'intention de faire ce jumelage. Il semblerait que le bourgmestre peut tout se permettre fort de sa majorité et étant donné qu'il n'a pas peur de l'opposition. Il a reproché les propos de Zoé Genot dans la presse qui aurait mélangé l'argent du CPAS avec l'argent investi dans ce voyage (somme dérisoire), accusant Ecolo de populisme. "On n'arrache pas l'argent du CPAS pour le mettre dans d'autres projets". Il ne pouvait pas refuser cette invitation venant de la part d'Eskisehir. Il a salué la présence de l'opposition à ce voyage (Derya Bulduk du MR) car ce projet devrait permettre de rassembler les gens de Saint-Josse car 1) il y a un lien historique entre la Belgique et la Turquie (immigration) 2) il y a un lien permanent entre les belges et belgo-turcs avec Eskisehir (ndlr : billets d'avion directs de Bruxelles vers Eskisehir, investissement immobilier pour vacances/retraite, émigration, etc.) et Emirdag (ville dont viennent majoritairement les Turcs de Belgique) 3) au niveau politique le maire local mène une politique de développement durable dans sa ville (mobilité, rénovation urbaine, etc.). S'en suivit une description de la ville digne d'un guide touristique, on se serait cru à Eskisehir. Ca m'a personnellement donné envie d'y aller. En bref, il perd plusieurs minutes pour répondre à une question qui n'a pas été posée étant
donné qu'à aucun moment Ecolo/Groen ne remettaient en question le jumelage ou la ville choisie !

Le show de Ahmed Medhoune
Il donne la parole au chef de groupe PS, Ahmed Medhoune, connu pour son côté
démagogue et qui n'a d'ailleurs pas hésité à exagérer ce talent en voyant certainement qu'il
y avait du public (je lui conseille d'ailleurs de se lancer dans une carrière de crooner). Il
s'est étonné qu'on pose des questions sur le coût du voyage (45.000€ c'est dérisoire pour
lui, 45.000 € pour trouver de bonnes solutions pour le vivre ensemble qui ne viennent pas
d'Europe c'est donné - voir note supplémentaire en bas de page). Vint le moment où je me suis cru dans un sketch : il a utilisé le mot "per diem" et s'est demandé si les gens savaient ce que ce mot voulait dire (Medhoune s'est souvenu qu'il se trouve dans une commune d'illétrés certainement et nous explique la signification de cette locution latine. Medhoune, toujours aussi arrogant, démagogue et dégoutant, qui peu de temps avant gloussait impoliment lorsque la conseillère communale Groen Veerle Vandenabeele lisait son texte, et qui a oublié la raison pour laquelle il a foiré sa carrière d'échevin quand beaucoup de tennoodois disent encore aujourd'hui : il aurait pu être bourgmestre mais il a tout foutu en l'air) soit blablabla inintéressant de notre comique de service (articles pour savoir qui est Medhoune: http://rachid-zz.skynetblogs.be/archive/2009/02/19/ahmed-medhoune-vit-sur-une-autre-planete.html - http://bruxellois-surement.blogspot.be/2013/09/arret-sur-image-les-jeunes-cadres.html)

Le MR est-il vraiment dans l'opposition ?
Geoffrey Clerckx : Il rappelle qu'il travaille aux relations extérieures et que ce type de
voyage est enrichissant pour une commune. Il fallait le faire. Il a reproché au prédécesseur
d'Emir Kir (le bourgmestre Jean Demannez) de ne pas l'avoir fait. Pour lui le voyage et le
programme lui ont paru sérieux. Il n'a pas pu y assister car il se trouvait en Chine (raisons
professionnelles). Il rappelle que ce voyage est sérieux, aussi en matière des coûts
(rappelant que ce n'était pas dans le cas lorsqu'une délégation du gouvernement wallon
s'était rendue en Californie. NDLR : #Wallifornie). Lui aussi ne comprend pas les
inquiétudes d'Ecolo. Pour encore plus enfoncer Ecolo de manière malsaine qui a pourtant posé des questions intéressantes et légitimes on donne la parole à Derya Bulduk, la conseillère communale MR qui a participé au voyage.
 
Derya Bulduk: Elle a remercié pour l'invitation pour ce voyage très fructueux. Elle regrette
la position d'Ecolo et dit que les préjugés tuent (ndlr : quels préjugés?!). Elle non plus n'a
pas de doutes sur l'organisation et le coût du voyage.

Après ce bashing malsain de la part aussi bien du groupe PS que de l'opposition (!), vient
le tour d'Eric Jassin d'apporter les justifications demandées concernant ce voyage:

La volonté est de développer les relations internationales à Saint-Josse car Saint-Josse n'a
jamais fait de jumelage contrairement à ce qu'on pourrait lire dans certains endroits un
jumelage avec une ville italienne (ndlr : dans ce cas je l'invite à mettre à jour l'article
Wikipédia et de se mettre en contact avec la ville de Verona pour leur demander de
supprimer SAINT JOSEF TEEN NOODE - Belgio de leur liste de jumelage). Le budget est
de moins de 11.000€ (on passe de 45.000 € à 11.000 € - ndlr: il semblerait que les 45.000 € est le budget pour tout le jumelage et 11.000 € c'est le voyage) qui comprennent les billets
(2.900€) et l'hébergement (6.000€). Ils n'ont pas payé pour toute la délégation. Seulement
pour 9 personnes, le logement pour les 10 autres aussi et pour 3 participants rien n'a été pris en charge (membres zone de police et le commerçant en question). Les cadeaux offerts sont
une boite de chocolats, des cartes postales de Saint-Josse et des livres sur Bruxelles. Il a
ensuite énuméré tout le programme (lieux visités, qui a visité, etc.). 

Pauline Warnotte remercie Eric Jassin pour les détails et les réponses données. Elle rappelle le
droit de s'informer car peu d'infos reçues (par exemple : délégation annoncée de 12 personnes mais effective de 22 personnes, absence de programme) et parce que les sommes ont été modifiées. Si c'est 11.000 € alors le montant semble correct.

On constate qu'Emir Kir n'accepte pas les remarques et critiques concernant ce jumelage, se montrant toujours très violent et agressif dans sa façon de répondre. Pauline Warnotte lui fait remarquer qu'il sait manier l'art d'avoir toujours raison (Schopenhauer) : interrompre l'adversaire quand il est supérieur, se montrer grossier systématiquement, etc. Il faut dire qu'elle a bien cerné le personnage d'Emir Kir qui manie ses méthodes de manière répétitive. Elle lui a demandé d'arrêter de dénigrer Ecolo car il ne supporte pas la critique. Penaud et démasqué, Emir Kir n'a pas souhaité continuer et a dit qu'on allait en rester là : Pauline Warnotte 1 Emir Kir 0


Les membres du Collectif Mobilisation Groupe2009 qui occupent un bâtiment communal situé Place Quetelet étaient présents pour dénoncer le refus de prendre en considération leur demande d'interpellation citoyenne. S'agissait-il un déni de démocratie de la part du bourgmestre ? Voici le texte qu'ils ont distribué (voir plus bas).

Ils ont cependant été pris à parti avant le conseil lors de la distribution de leurs tracts par un citoyen tennoodois venu assister au conseil. La raison : ils ont refusé d'accepter dans leur squat une femme avec ses enfants qui était venue demander de l'aide. Il leur a reproché de ne pas avoir fait le minimum pour eux et de ne pas les avoir au moins acceptés pour une nuit au moins. Une des membres a alors expliqué qu'ils ne pouvaient pas les accepter car le bâtiment n'était pas conforme (pas de sanitaires ?). En ce qui concerne l'interpellation rejetée, la conseillère communale ecolo Pauline Warnotte a posé une question orale d'actualité à ce sujet:

La troisième question d'actualité concernera le squat du n° 2 place Quetelet, occupé depuis
le 5 septembre 2014 par le Collectif Mobilisation Groupe 2009
(http://mobilisation2009.wordpress.com/). Les autorités communales ont mis le Collectif
en demeure de quitter les lieux. Le délai pour ce faire a expiré et le Collectif risque donc
l'expulsion. Ce dossier pose de nombreuses questions inquiétantes:
- le refus de la part des autorités de rencontrer les occupants malgré leurs demandes
répétées;
- la mention dans un rapport concernant la sécurité du bâtiment qu'une visite des autorités
communales a été effectuée en date du 10 septembre 2014, ce que les occupants démentent.
En tant que conseillère communale, j'ai demandé à rencontrer le
fonctionnaire en charge de ce dossier. Cela m'a été "interdit" par Monsieur Jassin, Echevin des travaux publics, mais heureusement autorisé par le Secrétaire communal. Le fonctionnaire a confirmé qu'aucune visite n'avait eu lieu depuis l'occupation;
- le rejet par la majorité d'une interpellation citoyenne à ce sujet dans des conditions
préoccupantes: 5 personnes ayant signé cette interpellation se sont rétractées le lendemain
en envoyant un courrier à la porte-parole du collectif. On note que :
- les 5 courriers ont été reçus le même jour et le lendemain du dépôt de l'interpellation;
- ils comportent tous des phrases identiques ou similaires;
- tous disent que les signataires ont été "trompés" par l'objet de la demande alors que le
texte signé précise bien "Je souhaite donc que soit portée devant le Conseil communale
(sic) une interpellation citoyenne relative à la question de cette occupation située au
numéro deux de la place Quetelet."
- ils sont tous adressés à la porte parole du collectif à son adresse personnelle et non à
l'adresse du squat; or, cette adresse n'a jamais été donnée par la porte-parole aux
signataires;
- ils indiquent tous qu'une copie de ce courrier est adressé au Bourgmestre Emir Kir;
- ils sont tous signés "lu et approuvé", ce qui semble curieux pour des courriers
normalement rédigés en son nom propre.
Ceci pourrait laisser croire, avec toutes les précautions devant être prises dans une telle
affaire, que des pressions auraient pu être effectuées pour que ces citoyens retirent leur
signature. Dès le lendemain, le Collectif a déposé 5 autres signatures à la maison
communale. L'interpellation a néanmoins été refusée.

Emir Kir a expliqué que les raisons du refus de l'interpellation se trouvent dans le dossier (par exemple il y avait des signatures de personnes n'ayant pas au moins 16 ans). Pauline Warnotte a dénoncé un échange musclé avec l'échevin Eric Jassin rencontré par hasard dans le métro. Il lui aurait dit que si elle voulait poser une question elle devait passer par le secrétaire communal. En réalité, Eric Jassin se serait montré plus agressif, parlant à haute voix dans le métro (certainement sous l'emprise du stress) et lui aurait interdit, tant qu'il serait échevin, de prendre contact avec le responsable du dossier. A-t-il quelque chose à cacher ? Il a nié en bloc et ils ont décidé, avec Emir Kir, que l'incident était clos et qu'ils passeraient au huis clos (fin du conseil)

Texte distribué par le collectif
Saint-Josse : Interpellation citoyenne rejetée
Depuis le 5 Septembre 2014, notre collectif «Mobilisation Groupe 2009» occupe un
bâtiment de la Commune. Nous sommes au fait du vote nous concernant, qui se tiendra
Lundi, le 27 Octobre au sein du Conseil Communal. Nous avions formulé une demande
d'interpellation citoyenne en bonne et due forme ; on nous a répondu qu'elle était
irrecevable.
Le mode d'action, soit l'occupation d'un bâtiment, par notre collectif a pu vous sembler
cavalier. Le numéro 2 de la place Quetelet se présentait, et se présente encore, comme une
des trop rares opportunités pour créer un espace commun, nécessaire à la lutte des
sans-papiers.
Malgré la précarité de notre situation, nous avons commencé à faire du bâtiment occupé
un espace d'échanges, de réflexion et de formation pour les sans-papiers. Des cours de
français et d'arabe, des soirées ciné-débats, des réunions d'organisation de diverses
actions mais aussi d'information juridique ont notamment été mis en place.
Convaincus que nous pouvons trouver un terrain d'entente, nous avons dès les premiers
jours tenté d'engager un dialogue avec la Commune de Saint-Josse. Nous avons manifesté
sans relâche notre ouverture au dialogue depuis sept semaines déjà, pendant lesquelles
nous vous avons envoyé des courriers directement ou par l'intermédiaire de soutiens
(FGTB, CSC, CIRE). Nous souhaitons conclure avec la Commune une convention
juridique d'occupation du bâtiment (cfr. la région Bruxelloise met a disposition des
conventions-type pour des occupations temporaires) ; quelques précisions s'imposent
concernant les modalités de notre occupation du bâtiment du 2 place Quetelet.
Notre collectif s'engage à:
-Ne nuire en aucune manière au bâtiment en veillant à ce que les sanitaires, installations
électriques etc... soient parfaitement en ordre ;
-Prendre à son nom les contrats de consommation d'électricité, de gaz et d'eau ;
-Prendre à son nom une assurance incendie ;
-Permettre à la Commune propriétaire de l'immeuble de visiter ou faire procéder à une
visite des lieux, en vue d'une éventuelle affectation future du bâtiment, laquelle pourra de
ce fait, prendre connaissance de la bonne tenue des locaux ;
-Rendre public et transparent l'accès aux activités organisées.
En termes de sécurisation du bien, l'occupation par notre collectif constitue donc :
-Une sécurité contre les squats intempestifs et dangereux;
-Une garantie d'entretien quotidien et de prévention des dégradations du bâtiment du fait
de son inutilisation.
-Une opportunité d'empêcher d'éventuels vols de matériaux (cuivre, appareils d'éclairage
etc) ;
Nous espérons que vous donnerez à notre requête une suite favorable, dans l'intérêt des
deux parties.
Veuillez agréer, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames les échevines, Messieurs les
échevins, Mesdames les conseillères et Messieurs les conseillers, nos sincères salutations,
Le collectif «Mobilisation Groupe 2009»,


Remarque : ce compte-rendu a été réalisé à partir de notes prises au vol durant le conseil par l'auteur et sans enregistrement. Les erreurs/modifications éventuelles peuvent être notifiées par email/commentaire

Commentaires reçus par email:

1. Pour la précision, le montant de 45.000 euros correspond au budget annuel consacré aux relations internationales. C’est en cela que M. Medhoune a estimé que, 45.000 euros pour améliorer le vivre ensemble en s’inspirant des bonnes pratiques observées ailleurs, c’était dérisoire (ndlr. sur un budget de près de 80 millions). Le voyage en lui-même n’a pas dépassé les 11.000 euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire