mardi 22 novembre 2016

AG - CRU "Brabant - Nord - Saint-Lazare"

Assemblée générale concernant le contrat de rénovation urbaine "Brabant - Nord - Saint-Lazare"
17 novembre 2016 de 18h à 20h dans la LUCA School of Arts (rue Verte)
Compte-rendu




Résumé

Beaucoup de blabla, de la poudre aux yeux, finalement peu de projets verront réellement le jour. Les contrats de quartier sont l'occasion pour les pouvoirs publics de gaspiller l'argent en études et travaux inutiles sans prendre en compte la concertation et la consultation populaire.

Compte-rendu à partir de notes prises au vol

La présentation a commencé par une introduction par une collaboratrice du cabinet de Rudi Vervoort. Dans son discours, premier lapsus révélateur : au lieu de dire "à l'échelle", elle a dit "à l'échec". On parle souvent d'échec quand on aborde la gestion des contrats de quartier.

Présentation des atouts de cette zone : pôles commerciaux actifs (rue de Brabant, Chaussée d'Haecht), localisation-espace public animé (parc Botanique), multifonctionnel, acteurs associatifs et culturels, multiculturel, espaces verts de qualité (jardin Botanique peu fréquenté par les gens du quartier, parc Saint-François et Brabant verte), cadre bâti et patrimoine de qualité (Royale, Limite), belles perspectives (Eglise Sainte-Marie).

Présentation des enjeux de cette zone : barrières physiques qui enclavent le quartier (voiries encombrées et mal concentrées), quartier attrayant mais déprécié (prostitution, biens désaffectés, cadre de vie déprécié), frontières communales (la zone se trouve sur 1210 et 1030), gestion des chantiers difficile.

Il y a six zones de priorités:
- Saint-Lazare : liaison Neuve/Rogier, barrières physiques et psychologiques (pont Charles Rogier et pont Brabant), transformer le Boulevard Saint Lazare en esplanade, nouvelle entrée pour la gare, redynamiser le bâti inoccupé (bâtiment Speedy)
- Brabant/Quatrecht : Gaucheret
- Liedts/Brabant : arrivée du métro Nord
- Royale/Haecht : désencombrer la chaussée d'Haecht, Pôle Jeunes (présence de plusieurs hautes écoles), Place de la Reine, Liaison Botanique/Reine, bâtiments vides à réaffecter
- Petite ceinture : entrées dans les quartiers, vision d'ensemble et traversées
- Rue Verte : logements insalubres et inoccupés, trafic encombré

Séance de questions/réponses

Thierry Balsat : Question au cabinet Vervoort concernant le statut de zone touristique.

Une question, c'est tout. Du coup on donne la parole aux deux bourgmestres présents : Clerfayt et Kir.

Emir Kir : a parlé de l'insalubrité des logements (acheter, rénover,démolir, construire) et des primes pour aider les propriétaires à rénover leurs biens

Bernard Clerfayt : la salle était endormie mais quand le bourgmestre de Schaerbeek a pris la parole la salle s'est réveillée car il a parlé d'un ton énergique. Il a d'abord demandé en néerlandais s'il fallait parler en FR ou NL. Le FR l'emporte. A rappelé que le montant de ce contrat (22 millions) était insuffisant pour pouvoir faire tout ce qu'on voudrait faire pour la zone. Les quartiers sont sous diverses tensions (stress), qu'il faut renforcer l'aspect positif de la zone (voir plus haut atouts). A appelé les citoyens à s'exprimer car ils sont les experts du quartier (ndlr : à quoi bon, quand les revendications des citoyens finissent à la poubelle et que les cabinets d'architectes n'en font qu'à leur tête ?). Il a souligné une chose très importante : la représentation communautaire dans la salle peu représentative de la réalité du quartier (ndlr : beaucoup de "Blancs" mais peu de "Marocains/Turcs")

Simon : La densité de population est très élevée pourtant le nombre de créations de logement social ne suit pas. Brabant est le 4ème quartier le plus pauvre de la Région. La Place Liedts est grande et pourtant l'espace est mal exploité et inutilisable. Le fléau de cette place constitue une sorte de barrière psychologique (alcool).

Pascal : Densité de population phénoménale, offre de transport à l'intérieur du quartier insuffisante voire absente, infrastructures pour la santé manquantes également. A signalé le problème des personnes qui urinent partout et sur les murs mais aussi de la misère (gens qui dorment dans des cabanes en carton et sous les ponts (Brabant, Rogier))

UTSOPI : Lorsque la représentante de UTSOPI a pris la parole concernant la gestion de la prostitution dans le quartier Nord de Saint-Josse, Emir Kir est devenu rouge et crispé. Il a parlé de mise en ordre administrative (ndlr : qui pose question comme ici), le diagnostic du quartier est toujours en cours.

Galileo : site de 2.000 étudiants (pôle Jeunes) qui fréquentent peu la Place de la Reine (danger, insécurité, pas de bars branchés donc obligation d'aller dans d'autres quartiers)

Après cette question, voyant que les personnes qui critiquent d'habitude sa gestion sont présentes dans la salle et actives, Emir Kir a pris peur et a proposé que toutes les questions soient posées d'un coup. La stratégie : tout le monde vide son sac et il pourra terminer en apothéose en balançant ses traditionnelles promesses/"réalisations" et sa propagande électoraliste. Sa proposition ne fut pas prise en compte. Les questions continuent, la plupart à charge de la gestion catastrophique de la commune par le bourgmestre de Saint-Josse (à côté de lui, le bourgmestre de Schaerbeek jubile)

ISFSC Collectivité : après 18h00 les parcs sont fermés, il n'y a pas de zone pour se promener et sortir, il n'y a rien à faire, sentiment d'insécurité

Tristan : Miramar (Saint-Lazare), le problème urgent est l'amélioration de la qualité de vie dans le quartier. Détérioration du quartier et rien ne change.

Thierry Balsat : Problème de signalétique à Saint-Josse et Schaerbeek. Trouve qu'il n'y a pas assez de pancartes indiquant aux piétons où se trouvent certains lieux publics d'intérêt. Difficile de se diriger. Pourquoi pas un office du tourisme ? (Clerfayt répond qu'il n'y a pas assez de touristes pour pouvoir revendiquer le statut et un office.

Ancien habitant du quartier : il est cependant toujours propriétaire de biens dans cette zone. Plus on avance, plus le quartier se dégrade (pendant que cet ancien habitant parlait, Emir Kir a baissé la tête pendant tout son discours). A dénoncé la surpopulation dans les habitations, le gaspillage d'argent public sans résultats, la saleté, l'insécurité dans les rues, le taux de chômage trop élevé. On paie des taxes qui ne font qu'augmenter et pourtant les rues sont toujours sales et pas sûres.

Thierry Balsat : Pourquoi avoir ciblé les propriétaires des carrées de prostitution dans un courrier pour le rachat de leurs biens immobiliers. Lapsus révélateur de Kir qui a parlé d'éteindre les droits des carrées de la rue de la Rivière (oops Prairie). Bernard Clerfayt en a profité pour dire qu'il n'y avait pas de projet de faire un "Eros Center", qu'il ne fait pas la chasse aux carrées de prostitution mais qu'il préfère faire un travail permanent de contrôle avec la Police pour le respect des règlements.

Bénédicte : elle fait une étude sur le quartier de la prostitution. Gentrification et ghettoïsation du quartier. Insécurité pour les femmes dans cette zone.

Site web d'informations concernant le CRU : http://quartiers.brussels/2/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire