mardi 23 juin 2015

Call Center Emploi

Cette semaine un article a été publié concernant les problèmes que rencontre la Mission locale de Saint-Josse (Rue de l'Union, 31 - 1210 Saint-Josse - 02/210.89.30 - mloc@mlstj.irisnet.be)

L'article a attiré l'attention d'un tennoodois qui m'a contacté et expliqué que ce service n'était utile qu'à l'élaboration d'un CV, d'une lettre de motivation et à mettre un ordinateur à disposition : ca s'arrête là. Une mission locale pour l'emploi c'est très utile dans une commune où le chômage est très élevé mais chez nous ils ne travaillent pas comme il faudrait.



Le Guichet mobile
Ce tennoodois a croisé une personne de ce service qui distribuait des flyers à ce sujet devant la maison communale.
Le Guichet mobile c'est une camionnette mobile pour accueillir et orienter les jeunes sans emploi (plus de détails dans le descriptif de projet). Concrètement ce guichet ne sert à rien : de la poudre aux yeux, une opération comm', du show pour faire croire qu'on se bouge pour l'emploi des jeunes.
Allez voir le budget prévu pour cette connerie de camionnette : 50.000 € / an !

Voilà comment on gaspille l'argent des contribuables à Saint-Josse (et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres).

S'en sortir
Pourtant dynamiser l'emploi peut se faire avec peu de moyens mais beaucoup de volonté et de motivation. Comme le propose Hassan Baaza, président de l'asbl S'en sortir.
Son asbl a été créée en 1994 et était très active. Aujourd'hui il souhaite lui redonner vie et prévoit d'engager deux personnes dynamiques.

Le projet qui lui tient le plus à coeur est de redonner de l'emploi aux jeunes de son quartier via une activité de placement, comme décrit dans l'article ci-après (Le Soir, 2 septembre 1995)



Il voudrait créer un call center pour l'emploi : par téléphone deux collaborateurs contacteraient des entreprises pour leur demander si elles sont à la recherche de personnel, de personnes motivées pour travailler immédiatement. L'asbl s'empressera de proposer la candidature des jeunes venus s'inscrire à l'asbl à la recherche d'emploi.
Avantage pour les jeunes : des gens se bougent pour les aider à trouver un emploi
Avantage pour l'entreprise : elle bénéficie des services de placement gratuitement (les entreprises sont souvent frileuses à l'idée de faire appel à des agences d'intérim car le coût est très élevé)

Pro-activité
Il s'agit ici d'une démarche pro-active, chose que la Mission locale pour l'emploi ne fait pas. Ni Actiris d'ailleurs (ils ont une ligne "Employeurs" pour que les employeurs les appellent pour poser des questions, c'est tout) On ne peut pas se vanter d'aider les jeunes à trouver de l'emploi sans être pro-actifs.

Quand on voit les montants dépensés pour maintenir ce service c'est tout simplement scandaleux, du gaspillage. Ces deux organismes emploient souvent des individus payés à glander, qui accueillent les jeunes demandeurs d'emploi et leur font croire que c'est leur CV ou leur lettre qui est mal rédigé et leur donnent des offres d'emploi (des offres souvent périmées ou auxquelles des centaines de candidats ont déjà envoyé leurs candidatures).

Actiris et les missions locales pour l'emploi disposent des moyens pour le faire. Tant qu'on ne motivera pas les entreprises (ou le service public) à mettre des chômeurs au travail, le chômage ne baissera pas. Il n'y a pas de miracle !

Pour ceux qui cherchent du travail, voici une liste de sites qui peuvent vous aider dans votre démarche



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire