mardi 5 mai 2015

Prostitution

La prostitution est l'un des sujets les plus délicats à traiter à Saint-Josse. Beaucoup souhaitent éradiquer le plus vieux métier du monde de notre commune mais les politiciens hésitent, ne prennent pas de résolution ferme. Peut-être parce qu'elle contribue à augmenter le PIB belge ?



Le quartier nord est devenu très sale et très mal fréquenté au fil des années. Pour la majorité la présence de la prostitution en est la cause. On parle beaucoup de projets de type "Villa Tinto" à Anvers et "Eros Center" mais jusqu'à ce jour il n'y a toujours rien. Parfois c'est oui, parfois c'est non, on ne veut pas léser les commerçants qui n'en veulent pas, etc. Pourtant il serait préférable que toute cette activité soit centralisée dans un endroit pour éviter que des jeunes enfants ne voient les femmes dans les vitrines par exemple.

http://www.lacapitale.be/1564090/article/2016-05-03/saint-josse-a-la-rencontre-de-ces-familles-qui-cotoient-la-prositution-dans-le-q

http://geopolis.francetvinfo.fr/bureau-bruxelles-france2/2016/05/30/a-saint-josse-branle-bas-de-combat-autour-de-la-prostitution.html


Mise à jour 01.09.2015

Suite à l'interpellation du conseiller communal Groen Frédéric Roekens, le bourgmestre a décidé de se réveiller et de prendre une mesure. La fermeture partielle (nuit et dimanche) des carrés sur son territoire. Une mesure saluée par une grande partie de la population qui attend avec impatience la fermeture définitive de tous les carrés. Le bourgmestre a reconnu ce que nous disions depuis le début : que plusieurs filles travaillent derrière les vitrines alors qu'il n'en faut qu'une seule, les tenues ne sont pas décentes, la plupart sont en situation irrégulière, traite humaine accompagnée de trafic de drogue/armes. Lorsqu'on lui demande pourquoi il n'interdit pas complètement, il répond : "c'est des choses qu'on pourrait envisager". Cette décision n'a évidemment pas plu au voisin schaerbeekois.



http://www.dhnet.be/actu/faits/la-prostitution-interdite-la-nuit-et-le-dimanche-a-saint-josse-55e4ac5135709767896796ef
Vivacité : http://www.rtbf.be/radio/player/vivacite?id=2039753&e
http://www.rtbf.be/radio/player/vivacite?id=2039753&e
http://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_prostitution-la-politique-menee-jusqu-ici-mene-a-un-constat-d-echec?id=9068845
http://www.lalibre.be/regions/bruxelles/kir-repond-a-clerfayt-sur-la-prostitution-la-politique-menee-jusqu-ici-debouche-sur-un-constat-d-echec-55e5d2313570ebab3d76775a
http://www.7sur7.be/7s7/fr/3007/Bruxelles/article/detail/2442052/2015/09/01/Emir-Kir-repond-a-Bernard-Clerfayt-a-propos-du-controle-de-la-prostitution.dhtml
Face à face entre Emir Kir et Bernard Clerfayt le lendemain : https://www.facebook.com/391662684315227/videos/vb.391662684315227/538353952979432/

La situation s'aggrave dans le quartier (26.08.2015)



Entretien avec une travailleuse le 23 avril 2015

Voici un résumé d'un entretien que j'ai eu avec une des filles :
Sur 80 carrées, 10% seraient tenues par une famille de propriétaires. Pour elle, le fait de voir des filles dans la vitrine ne fera pas en sorte que les jeunes pourraient mal tourner (argent facile, devenir prostituée). La preuve, la majorité des filles ayant grandi dans ce quartier et ayant vu cela ne sont pas devenues prostituées. C'est depuis l'arrivée des filles de couleur que les problèmes ont commencé et suite à l'expulsion de certaines filles blanches (chute de la qualité, non respect de la décence, non respect des règles, etc.). Cette dernière constatation m'a été confirmée par deux autres anciens habitants du quartier qui ont remarqué le changement. Les règles doivent être respectées : 1 fille/carré, max. 8h de travail, lieu propre et sécurisé, certificat de conformité en ordre, tenue et attitude correctes (pas de gestes obscènes ou nudité visible), loyer abordable,  or aujourd'hui ces points ne sont pas respectés. Emir Kir a augmenté les taxes sur les carrés alors qu'il avait promis qu'il n'y aurait pas d'augmentation des taxes. Il y a une grosse différence de traitement et gestion entre Clerfayt et Emir Kir. S'il y a une Villa Tinto il faudra qu'elle soit gérée par une asbl. Elle souhaiterait un vrai débat entre le bourgmestre de Saint-Josse, celui de Schaerbeek, l'espace P et une des travailleuses. Emir Kir lui avait dit qu'il n'avait malheureusement pas les moyens de faire respecter les certificats de conformité.

Question Facebook
En septembre 1989 sous Guy Cudell, une ordonnance de police prise par le conseil communal vise à interdire la prostitution à Saint-Josse. (archives.lesoir.be/c-est-en-vigueur_t-19890901-Z01Y7A.html). En 1998, tensions dans le quartier et pétition des voisins.
25 ans plus tard, le plus vieux métier du monde est toujours présent dans notre commune (Linné, Prairie, Plantes, Rivière). La prostitution vous dérange-t-elle ? Si oui, pourquoi ?
La majorité a répondu oui. Voici une sélection des commentaires avec en bleu mon point de vue/analyse:

Commentaires sur Facebook

"Qu'ils déplacent les vitrines du côté d'Uccle ou Woluwe."
"Historiquement, les femmes ont tjs été du côté des gares, regardez Liège, et Anvers."
""supprimer"? Interdire? En général, ça ne fait que repousser le problème un peu plus loin." Imaginons que Saint-Josse et Schaerbeek décident de supprimer les carrés de prostitution. Je ne pense pas que les travailleuses seront accueillies à bras ouverts pour ouvrir des carrés aux alentours des autres gares : Midi (Saint-Gilles/Forest/Bruxelles-Ville), Schuman/Luxembourg (Etterbeek), Schaerbeek, gare de Vilvoorde et autres gares de Belgique.

"pourquoi ne pas faire de cette zone un piétonnier (réservé aux avertis) ou les placer dans des galeries ? Je suis quasi obligé de passer par là tous les jours pour amener mes gosses à l'école ... C'est pénible . Il y a quelques annees certaines s'étaient même installées au coin de ma rue (rue verte) ! Heureusement elles sont parties."
"Faire de cette rue un piétonnier et faire un parking pour les clients"

"Je suppose que quand vous êtes venu habiter là, vous saviez que cela existait ? La maison a été achetée par mes beaux-parents avant que le quartier ne soit gangrené par la prostitution et autres trafics."
"Et quand bien même, les riverains pour vous ne pourraient espérer que leur quartier change et évolue ?"
"c'est style, je vais habiter Zavemtem mais je veux pas le bruit des avions!"
"accepter le coin comme quand on arrivé ! Qd je suis venue habiter ce quartier, oui, il y avait et y'a tjrs des carrés. J' habite au dessus d'une carré depuis 11 ans, quand au quartier, je veux pas le quitter!"
"Quand je suis venu habiter ce quartier, oui, il y avait bcp de pauvreté et bcp de taudis Et oui je voudrais que ca change, parce que personne ne mérite d'être pauvre ou d'habiter dans un taudis. Quand je suis venu habiter ce quartier, les rues étaient sales. Et oui je voudrais que ca change un jour parce que le propreté est un droit pour tout le monde. Et quand je suis venu habiter ce quartier, il y avait des carrés. Mais je voudrais également que cette situation améliore un jour pour tout le monde (les filles inclus). Accepter le status quo n'est pas toujours la meilleur solution..." 
La population doit pouvoir décider ce qu'elle veut faire de son quartier. C'est d'ailleurs pour cela que nous élisons des bourgmestres, des échevins et des conseillers communaux. Ce n'est pas parce que c'est comme ça que cela doit le rester. Si la "nouvelle population" souhaite changer les choses, les politiciens élus devront changer les choses dans le sens des citoyens.

"Moi, ce qui me gênent dans ce quartier, c'est la drogue et les trafics de toute sorte et certainement pas la prostitution. Je vais donner l'exemple de Liège, la aussi les riverains ont fait fermer un quartier, et bien il suffit d'aller voir ce que'il est devenu, une catastrophe avec et maintenant tout le monde voudrait que les femmes reviennent."

"Ce n'est pas normal, comme à Saint josse, que des vitrines côtoient des habitations ... ça devrait être comme à la rue d Aerschot ... isolé des habitations" Le problème de la visibilité de la population qui n'est pas normal en effet a été cité par le bourgmestre lors d'un événement communal.

"En 1999 il y avait dans le quartier un peu plus de 80 vitrines, ce chiffre a quasi doublé aujourd'hui ... Plus de 155 vitrines ! Cela donne une idée de l'expansion du phénomène en 15 seulement. Dans les années 80 les vitrines étaient surtout concentrées à la rue d' Aerschot ce qui est moins problématique (d'un point de vue visibilité) vu la configuration de la rue. Il y a de ça moins de trois ans les vitrines arrivaient au coin de la rue de la chaumière !!" Un habitant de la rue de la Prairie m'a affirmé que des maisons sans carré de prostitution officiellement sont devenues des carrés et maisons closes improvisés

"il faut aussi, permettre aux femmes qui font ce travail volontairement, de pouvoir le faire dans de bonnes conditions ! Et les prostituées, elles non plus se pourraient vivre sans leurs gagne pain !"
"Biensur qu'elles pourraient vivre ! Je suis désolé mais c'est malhonnête de dire ça, elles ont juste choisi le chemin de l'argent facile, comme le font beaucoup d'autres, y compris les hommes.

"Voici plus exactement ce que disait Kir en septembre 2013 sur la situation de la prostitution à Saint-Josse : "Sur les 100 établissements du périmètre, 66 sont aujourd’hui en conformité et 12 ont fermé. La taxe par carrée est passée de 650 à 950 euros. Une quinzaine d’arrestations ont été effectuées dans la filière africaine. Il concède qu’il a été difficile de trouver des travailleuses en ordre de séjour. Conscient du risque de marginalisation des prostituées sans papiers, il affirme vouloir lutter contre la traite des êtres humains: «En réglementant la prostitution, l’autorité publique reprend en main le quartier. Voir la prostitution comme un métier comme un autre, c’est aussi accorder une première reconnaissance de statut à l’exploitante»"."

"La prostitution amène des touristes à Bruxelles." C'est vrai mais des touristes qui ne sont visiblement pas les bienvenus vu qu'il a fallu que la police française vienne aider les policiers belges. Des touristes qui amènent des nuisances, rodent dans le quartier, occupent les places de stationnement des tennoodois, etc.

"Si vous trouvez ça aussi génial, pourquoi vous n'apprendriez pas ça à vos gosses? Vous accepteriez que vos gosses se prostituent? si non, pourquoi accepter pour les autres ce que vous ne seriez pas près d'accepter pour vous ou vos gosses? ... C'est quoi ces valeurs? !!!!!"

"maquereaux : des administrations communales, comme à Saint-Josse ou Schaerbeek, perçoivent des taxes, "grâce à location des parties génitales de ces pauv filles""

"le bourgmestre actuel lors de sa déclaration portant sur l'instauration du certificat de conformité afin de mieux encadrer la prostitution dans la commune prétendait qu'une telle mesure avait notamment pour objectif d'accorder un statut aux prostitués."

" elles vendent leurs corps " Hé hé hé, je pense qu'elles rentrent tout les jours avec.. La seule chose qu'elles négocient, c'est du temps et ce qui se passent quand le rideaux est fermé, cela se passent entre adultes consentants '''

"vous parlez de la prostitution de rue ? Rien à voir avec les carrées."

"La prostitution aussi est interdite par la loi en Belgique...Ces exploitées sont déclarées comme masseuses"

"Si ces lois ont été voté démocratiquement, et bien démocratiquement on les changera, la démocratie continue... En tout cas, ce qui est sûr c'est qu'à Saint-Josse, l'écrasante majorité des gens seraient d'accord avec mes idées et pas avec les vôtres, mais dans ce pays les dés sont un peu pipés...Si vous voulez on peut faire du porte à porte à Saint-Josse et leur demander s'ils sont pour la prostitution, les gang bang, l'avortement après 3 mois de grossesse, le mariage homo, l'adoption par les couples homo, l'euthanasie, la Gpa, etc."
Je pense effectivement qu'une grande partie de la population ne risque pas de venir soutenir la prostitution si la décision est prise de supprimer tous les carrés de prostitution. Une pétition est d'ailleurs en cours de préparation.

Après la discussion est partie en vrille où les intervenants musulmans ont été catalogués comme polygames, islamistes et antisémites. Le point Godwin d'une discussion pour/contre la prostitution. Il semble qu'à ce moment ceux qui étaient pour étaient à cours d'arguments.

Septembre 2014

L'association Espace P asbl est venue sur notre groupe Facebook poster une invitation à des permanences pour discuter de ce problème. Malheureusement ces permanences avaient lieu à des moments où les gens travaillent. Nous avons demandé à Espace P de nous donner un compte rendu de ces permanences, un avis, un rapport avec leurs conclusions mais ils ont malheureusement refusé. Nous attendons de voir la fameuse écriture d'un carnet de revendications qu'ils vont adresser au gouvernement de la RBC...

Discussion Facebook

Espace P Asbl‎ (8 septembre, 14:37)

Bonjour à tous.

Dans le cadre d’un projet de cohésion sociale intitulé « Impacts d’une réglementation dans les lieux de prostitutions sur les enjeux urbanistiques du quartier Nord », Espace P… Bruxelles a mis en place 3 permanences d’accueil les lundis après midi de 14 à 16h. Ces permanences ont pour but de favoriser les échanges sur la cohabitation entre riverains - personnes prostituées – prostitution au sein du quartier.

L’objectif final de ce projet étant l’écriture d’un carnet de revendications adressé au Gourvement de la Région de Bruxelles-Capitale, il est primordial pour nous de recueillir la parole de tous les acteurs concernés (travailleurs du sexe, commerçants, riverains, …).

Ces permanences auront lieu le 15 et le 22 septembre ainsi que le 6 octobre de 14 à 16h :

116 rue des plantes 1030 Schaerbeek.

Pour plus d’informations, il vous est possible de me joindre au 02 219 98 74 le lundi et mercredi de 09h30 à 17h.

Pour Espace P… Bruxelles
Christel DUPONT
Educatrice spécialisée



    Pascal L. Bonjour,

    Je crains qu'une part non négligeable des habitants du quartier travaillant hors du secteur de la prostitution (et sans doute un certain nombre de prostitué(e)s) ne travaillent durant cet horaire...

    Ceci étant dit, je pense que beaucoup des griefs du voisinage ont été repris lors de la réunion organisée par le bourgmestre Kir au début de son mandat, avec, notamment, :

    - les problèmes "moraux", en particulier en ce qui concerne l'exposition de l'activité de prostitution aux yeux des mineurs ou le rejet pur et simple de l'activité de prostitution par certains courants philosophiques et/ou religieux
    - les problèmes "matériels", notamment le bruit de la circulation automobile, le bruit de la clientèle dans la rue, en particulier lorsque ces clients sont sous l'emprise de la boisson
    - les problèmes d'hygiène causés par certains comportements de la clientèle (personnes urinant en public, ...) ou par l'activité de prostitution (présence de préservatifs usagés sur la voie publique)
    - les problèmes de criminalité et/ou de violence engendrés par l'activité de prostitution (dont les prostitué(e)s sont tout aussi victimes que les habitants)
    - les problèmes d'entretien du parc immobilier (façades décrépies et sales, ...)

    Parmi les facteurs "aggravants", on notera la présence d'une école à proximité immédiate de certaines devantures, l'incertitude quant à l'avenir suite aux projets de piétonisation d'une partie de l'espace public évoquée par le bourgmestre Kir), le développement de la clientèle des cafés jouxtant les devantures de prostitution et les désagréments qui y sont lié.

    En terme de solutions, il faudrait à mon sens
    - essayer de faire en sorte que les lieux associés à l'activité de prostitution perdent leur aspect relativement miséreux ou glauque via un investissement des propriétaires de ces lieux pour rénover les façades
    - la définition d'un plan d'évolution du quartier détaillant des échéances claires pour des interventions bien définies
    - l'adaptation des modalités de circulation dans le quartier pour en réduire les effets
    - la mise à disposition d'équipements publics tels que des urinoirs collectifs
    - la répression des comportements inciviques via une présence policière renforcée et plus efficace

    Commençons par cela, et nous ferons déjà un pas en avant, d'autant plus que certaines de ces évolutions ne dépendant pas du politique, il est tout à fait envisageable de les mettre en oeuvre à relativement brève échéance si vous parvenez à convaincre les propriétaires des lieux de prostitution de mettre la main à la poche.

    Notez que ce serait dans leur intérêt puisque cela leur permettrait d'adapter leurs commerces pour une clientèle plus riche (capitalisation du "nom de marque" du quartier avec amélioration de "l'emballage" de la "marchandise", si vous me pardonner de parler de manière si crue des prostitué(e)s, démarche à la Amsterdam ou Anvers), d'autant que le développement des nouvelles formes de prostitution doit attaquer leurs bénéfices (si tant est que l'on puisse parler de nouveauté, à mon sens on est plus face à une plus grande visibilité et facilité née de l'internet, rien de plus) et qu'un quartier aussi laid ne va pas permettre d'attirer les clients étrangers "intéressants" qui viennent avec des portefeuille mieux garnis que les consommateurs "locaux"...

    Espace P Asbl Pascal L. : merci pour votre réponse, j'en prends bonne note. Aussi, le sujet plus pointé par le projet est la mise en place de deux règlements sur la commune de Schaerbeek et de St Josse(l'un d'urbanisme, l'autre de police) qui imposent aux femmes d'être en possession d'un certificat de conformité qui lui même impose 1. des frais considérables 2. des démarches administratives à n'en plus finir 3. la remise en état du lieu de travail (ce qui est en soit est une parfaite chose au vue de "l'état" de certaines carrées) mais tout en sachant que le prix des transformations amenées par le propriétaire dans son bien mis en location pour y exercer une activité de prostitution est répercuté dans le prix du loyer. Le 'hic' est de voir que l'application des règlements ne fonctionnent pas de la même façon,d'une commune à l'autre. Il est important de sensibiliser l'ensemble des acteurs et d'en récolter leurs avis.

    Pascal L. Bonjour,

    Pardonnez moi d'être cru mais je ne pense pas que vous obtiendrez beaucoup de soutient de la part d'habitants qui sont avant tout dans une position de rejet de l'activité de prostitution en raison de critères "moraux" ou pratiques.

    Dans ce contexte la question de savoir si un règlement est interprété de manières différentes par les communes de Schaerbeek et de Saint-Josse ne les intéressera que dans le cas où ces différences ont des conséquences directes sur l'objet de leurs plaintes, sous forme d'amoindrissement ou d'accroissement de ces facteurs.

    Pascal L. Si l'application du règlement entraîne un accroissement de la prostitution ambulante ou le déménagement d'une partie des lieux de prostitutions vers l'une des communes au détriment de l'autre, vous obtiendrez juste plus de plaintes dans une commune et pas dans l'autre.

    Si c'est St-Josse qui se montre plus laxiste et si les lieux de prostitutions se rapprochent de l'école St François par exemple, vous aurez obtenu une aggravation des griefs des mères qui pétitionnent activement le bourgmestre pour une lutte plus marquée contre la prostitution.

    De même de tels déménagements peuvent avoir des conséquences sur les loyers, et donc entrainer d'autres formes de plaintes et de rejets.

    En conséquence si vous voulez susciter un intérêt des résidents pour votre cause il vous faut trouver une manière de présenter les choses qui montre que les motifs de leurs griefs s'aggravent, sinon vous n'obtiendrez probablement que très peu de soutien.

    Ingrid  Je ne peux pas comprendre que les habitants ne soutiennent pas ce projet. Mais a mon avis, ces derniers veulent juste voir partir ces femmes.. Triste, car historiquement, elles ont tjs été là !

    Tom S. Bon, historiquement, la pauvreté a tjs été là. Et honnêtement, j'espère la pauvreté va disparaître un jour. Et un jour - j'espère que les nuisances liées à la prostitution vont disparaitre...

http://www.rtbf.be/info/regions/detail_les-travailleuses-du-sexe-de-plus-en-plus-victimes-d-agressions?id=8322053

Discussion mai 2015

En mai 2015 un petit sondage a été lancé : Faut-il interdire la prostitution ?
Il y a eu une majorité de oui et une longue discussion entre les pro/anti sur Facebook (près de 300 commentaires).

Certains riverains comptent lancer une pétition pour demander la fin des carrés de prostitution dans leur commune. A suivre.


Des affiches électorales du bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, sur un ancien sex shop dans le quartier de la prostitution (rue d'Aerschot, gare du Nord)


Une affiche à Schaerbeek, dans la rue d'Aerschot, pour sensibiliser aux nuisances sonores

Videos/Reportages
-Devoirs d'enquêtes : A partir de 34:51 - "Filles de joie, fille de peine" - Enquête sur la prostitution à Saint-Josse et Schaerbeek
http://www.rtbf.be/video/detail_devoir-d-enquete?id=1988609

-Emission sur "Mise au point" dans les années 90 avec Cudell suite à un incident dans le quartier
-Questions à la une - Septembre 2010 https://www.youtube.com/watch?v=s8cCNuhlKs4

-Controverse http://www.rtl.be/info/magazine/controverse/controverse-pour-une-prostitution-legale--224058.aspx

-Ecran témoin (2002)  : http://www.sonuma.be/archive/prostitution-faut-il-punir-le-client
Archives

Quand je lis ici des archives du journal Le Soir qui datent des années 90 je me rends compte qu'aujourd'hui rien n'a changé, toujours les mêmes discussions, le même débat...

http://archives.lesoir.be/saint-josse-malaise-au-quartier-nord-guy-cudell_t-19980619-Z0FDXV.html

http://archives.lesoir.be/saint-josse-cudell-veillera-aux-tenues-le-racolage-sera_t-19980630-Z0FFLA.html
http://archives.lesoir.be/retour-au-calme-dans-le-quartier-chaud-apres-les_t-19980525-Z0F98D.html
http://archives.lesoir.be/malgre-l-exacerbation-un-timide-terrain-d-entente-est_t-19980520-Z0F8UF.html
http://archives.lesoir.be/saint-josse-reste-sous-tension-le-coeur-rouge-de_t-19980519-Z0F8NE.html
http://archives.lesoir.be/la-petite-commune-de-saint-josse-compte-ses-vitres_t-19980518-Z0F8E9.html
http://archives.lesoir.be/saint-josse-rien-que-la-rue-d-aerschot-les-verts_t-19980506-Z0F6NK.html
http://archives.lesoir.be/douches-froides-sur-le-quartier-chaud-les-scelles-sur_t-19980227-Z0EXG5.html
http://archives.lesoir.be/une-prostituee-gagne-un-proces-contre-son_t-19971223-Z0EMTV.html
http://archives.lesoir.be/la-prostitution-un-metier-comme-les-autres-les-filles_t-19971210-Z0EL1N.html
http://archives.lesoir.be/cent-vingt-six-nouveaux-logements-en-construction-dans_t-19970103-Z0D4NF.html
http://archives.lesoir.be/attirees-par-des-promesses-de-travail-et-vendues-comme_t-19961217-Z0D2P6.html
http://archives.lesoir.be/prostitution-ou-est-l-indecence_t-19951107-Z0A8FU.html
http://archives.lesoir.be/les-filles-de-la-rue-d-aerschot-rouspetent_t-19950506-Z09GPJ.html
http://archives.lesoir.be/des-filles-en-colere-a-saint-josse-les-prostituees_t-19950227-Z095YN.html
http://archives.lesoir.be/installation-controversee-d-un-bar-rue-d-aerschot-grand_t-19940928-Z08KNX.html
http://archives.lesoir.be/une-bande-de-proxenetes-decapitee-plus-de-droit-de_t-19940707-Z0895U.html
http://archives.lesoir.be/la-liquidation-d-un-quartier-chaud-a-saint-josse-deux_t-19940704-Z088P7.html
http://archives.lesoir.be/la-commune-exproprie-au-quartier-nord-les-bulls_t-19921124-Z062TZ.html
http://archives.lesoir.be/la-mort-de-la-belle-de-nuit-dernier-carre-de_t-19911029-Z04KWH.html
http://archives.lesoir.be/le-quartier-nord-de-saint-josse_t-19891222-Z027LY.html
http://archives.lesoir.be/une-serveuse-de-bar-tuee-a-saint-josse_t-19891130-Z025PQ.html
http://archives.lesoir.be/saint-josse_t-19891124-Z0255Z.html
http://archives.lesoir.be/plus-de-bars-ni-de-carres-a-saint-josse_t-19890623-Z01RDG.html
http://archives.lesoir.be/a-saint-josse-la-prostitution_t-19890526-Z01NKQ.html

Réglement de Police

Les communes de Schaerbeek et de Saint-Josse ont adopté une réglementation commune relative à la prostitution en vitrine.

Cette réglementation se compose d’un règlement de police qui détermine :

les lieux où la  prostitution en vitrine est autorisée

les conditions pour l’exploitation d’un lieu de prostitution en vitrine

et d’un réglement d’urbanisme qui définit :

les différents lieux de prostitution en vitrine : carrée et salon de prostitution

les normes d’urbanisme à respecter pour un lieu de prostitution en vitrine

Chaque commune a fait adopter les deux règlements par son conseil communal. Il y a donc un total de 4 règlements (2 de police, 2 d’urbanisme). Ces règlements sont identiques sauf pour la liste des lieux où la prostitution en vitrine est autorisée qui est propre à chaque commune.

La mise en oeuvre et l’application concrète de cette réglementation s’élabore au sein de chaque commune en collaboration avec la police de la zone. Chaque commune a désigné un responsable ou un service en charge du suivi du dossier administratif de chaque lieu de prostitution en vitrine.

Dans le cadre du réglement de police, les contrôles « terrain » sont exécutés par la zone de police. Dans le cadre du réglement d’urbanisme, les contrôles « terrain » sont exécutés par les services communaux. Des réunions sont régulièrement organisées entre les services communaux et la zone de police pour évaluer la politique de contrôle.

L’application de la réglementation se fait par étape.

Une première étape a consisté à accompagner les exploitants et/ou les propriétaires des lieux de prostitution en vitrine dans l’application de la nouvelle réglementation. Pendant cette phase, les contrôles ont été ciblés sur des lieux dont l’exploitant et/ou le propriétaire n’entamait aucune démarche pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. Ces contrôles ont été exécutés dans le cadre du travail régulier du service de police et n’ont pas nécessité la mise en oeuvre de moyens particuliers.

Une deuxième étape va progressivement s’ouvrir (avril 2015 - décembre 2015). Il s’agira de :

définir les critères d’une politique de contrôle « permanente » de l’application de la réglementation et les moyens policiers qui peuvent y être affectés sans nuire aux autres missions liées à la sécurité au quotidien dans les quartiers.

coordonner la politique de contrôle de la réglementation communale avec la politique criminelle du procureur du Roi relative au phénomène de la traite des êtres humains (TEH) : organiser le partage d’information entre les différentes autorités, trouver un équilibre entre respect et application des différentes normes, renforcer et développer l’attention portée à la prostituée comme victime d’exécuter la politique de contrôle définie par l’autorité administrative et l’autorité communale

Le suivi du phénomène de la prostitution en vitrine ne se limite donc pas à l’application de la réglementation communale. Le parquet du Procureur du Roi a défini une politique de contrôle dans le cadre de la lutte contre le phénomène de la TEH. L’attention est ici portée aux personnes et plus particulièrement à la prostituée en tant que victime. Les contrôles opérés le sont par des unités d’enquête spécialisées de la zone de police ou de la police fédérale. Elles visent à détecter les situations d’exploitation et à démanteler les organisations criminelles éventuelles qui seraient à la base de cette exploitation.

En résumant, la politique de contrôle de la réglementation communale vise à une gestion du phénomène de la prostitution en définissant des normes et des conditions d’exploitation de lieux. La politique de contrôle du procureur du Roi vise à une gestion du phénomène de la prostitution en luttant contre la TEH. L’attention est ici portée sur les personnes. Dans les deux cas, les contrôles « terrain » sont exécutés par les services de police de la zone

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire