mardi 27 mars 2018

Plan Taxi - Plan Smet

Pourquoi Pascal Smet, membre du gouvernement bruxellois, subit toutes les foudres du secteur du Taxi, alors qu'il s'agit d'une ordonnance du gouvernement bruxellois ?

Plan Smet ou Plan Taxi
Pascal Smet subit de plein fouet les conséquences de cette règle qui consiste à donner à un projet de loi le nom de son porteur. On se souvient de la loi portant sur la réforme du Code du travail en France qui a été abrégée en "Loi El Khomri". Ici on dit "Plan Smet" au lieu de "Plan Taxi". Pascal Smet ne cherche pas dans cette histoire à se défendre contre Vervoort et les socialistes qui l'utilisent comme bouc-émissaire.

Accord de gouvernement 2014-2019
Torpiller un partenaire de majorité n'est pas la meilleure façon de s'assurer de son soutien pour de futurs projets. Smet n'a pourtant rien inventé car c'est dans l'accord de gouvernement qu'ils ont signé ensemble (les partis de la majorité) en juillet 2014. Il était prévu de moderniser le secteur du taxi en faisant référence vaguement, sans le citer, à Uber. Lisez plutôt (page 54-55) :

Dynamiser et moderniser le secteur des taxis
(...) D’autre part, vu les évolutions au niveau du transport de personnes rémunéré (taxis, location avec chauffeur, développement des technologies), le Gouvernement veillera à adapter le cadre légal vers un nouveau cadre juridique global.

Ce n'est pas donc pas seulement le PS et sp-a, mais bien le gouvernement bruxellois (ps+cdh+défi+sp_a+open vld+cd&v) qui porte cette ordonnance.
Les taximen manipulés par des députés PS
Comme la plupart des chauffeurs de taxi ne comprennent rien à la politique, les députés PS en profitent. Il suffit de voir les interventions sur les réseaux sociaux et les média pour s'en rendre compte. Ils se contentent de répéter ce qu'on leur dit. Très peu savent vraiment ce qu'il y a dans le "Plan Taxi". Certains députés PS font croire qu'ils sont proches de l'inquiétude des taximen (en participant à leurs rassemblements) alors que le gouvernement bruxellois va porter cette ordonnance. C'est une attitude hypocrite. Le PS manipule les taximen. Ils accusent Smet de vouloir tuer le secteur du taxi. Prenons aussi l'exemple d'Emir Kir qui fait croire qu'il y a des contrôles sur le territoire de Saint-Josse alors qu'il ne fait rien du tout, mais les chauffeurs l'applaudissent.

Fouad Ahidar, l'autre cible
Un appel au boycott contre le député Fouad Ahidar (sp_a) a même été publié par une société du secteur. Pourquoi ? Il est du même parti et ami de Pascal Smet. Son origine marocaine, comme une majorité de chauffeurs de taxi, est avancée comme argument également. Ahidar devient une victime du vote communautaire.

Le sort des taximen : un enjeu politique
Les chauffeurs de taxi sont visiblement déterminés à user de leur influence électorale à quelques mois des élections comme le montre l'idée d'avoir lancé ce sondage. Cependant c'est le PTB qui serait le plus proche de la cause des taxis.

https://ptb.be/articles/uber-le-mythe-du-partage-au-service-du-reve-neoliberal
https://regiondebruxelles.ptb.be/articles/le-plan-smet-livre-les-taximans-uber-des-alternatives-existent

Conclusion

Il s’agit de la procédure normale dans le cadre d’un projet d’ordonnance. Celui-ci est présenté par un ministre au conseil des ministres qui le fait adopter par le gouvernement suite à des discussions. Il sera ensuite soumis au parlement pour approbation. Le projet porte le nom du ministre car il a été lancé sous son impulsion.

Attendons de voir les résultats du vote au parlement qui n'aura pas lieu avant longtemps.

source : photo news, 7sur7

1 commentaire:

  1. Michaela Popescu, indéboulonnable directrice du Service taxis de la Région bruxelloise, figurera à la deuxième place sur la liste DéFi http://www.lacapitale.be/250830/article/2018-07-02/madame-taxis-bruxellois-candidate-defi-dans-le-brabant-wallon

    RépondreSupprimer